Burundi: Jimmy Ndihokubwayo, un handicapé devenu humanitaire

Né en 1992  à Mirama, zone Muyira en commune Kanyosha de la province Bujumbura et grandit à Kanyosha de la maire de Bujumbura, Jimmy Ndihokubwayo, est un  jeune entrepreneur social qui a connu une enfance difficile après être né avec un handicap physique et devenir orphelin de père à jeune âge. Suivez une interview exclusive qu’il a accordé à La Nova

Ainé d’une famille  de 7 enfants, 5 garçons et 2 filles, Jimmy devient orphelin de père en 2010 lorsqu’il était en troisième Lettres Modernes au Lycée du Lac Tanganyika. Comme son père était commerçant, son entreprise n’a pas tardé à tomber en faillite après sa mort.  Depuis lors, sa mère qui était cultivatrice ne pouvait pas supporter les charges de ses enfants d’où le recours à la carte d’indigence et au soutien d’autres membres de sa famille pour l’éducation de ses enfants.

Frustré par cette situation, Jimmy devrait agir pour sortir de ce labyrinthe. Il commence à participer aux jeux-concours pour gagner un peu d’argent afin de s’acheter du matériel scolaire. « Ma scolarité n’a pas été facile. Je me rappelle que je pouvais faire le parcours de Kanyosha au lycée du lac à pied par manque d’argent. Mais aussi, je ne peux pas oublier que beaucoup de gens y compris les amis de mon père ont investi dans ma scolarité  en me donnant 5 mille, 2 mille qui me facilitaient à prendre le bus quand je me sentais mal », nous raconte Jimmy.

La naissance de Tabitha Community in Action

« En piétinant en ville,  je rencontrais souvent d’autres personnes vivant avec un handicap en train de mendier. Cela m’a largement choqué et me poussait à penser  à ma contribution afin que ça change. Mes pensées ont été éclairées par un sage  qui, un jour m’a demandé ma vision et je n’ai pas hésité  lui dire que je veux devenir président afin de contribuer au développement du pays et aider les personnes vulnérables. Après avoir vu ma détermination, il m’a conseillé de commencer une association, c’est ainsi que la décision a été prise ». raconte toujours Jimmy.

Mais l’esprit d’aider brulait toujours en lui. Il rêvait toujours en train d’aider et c’est même dans les rêves que le nom Tabitha est venu. Il entendait toujours la voix lui disant  « Kora nka Tabitha, Fais comme Tabitha». Après avoir consulté dans la Bible ce qui est  Tabitha, il a ensuite compris que c’est une vocation divine qui lui appelle à  fonder une organisation pour faire ressusciter l’amour et l’esprit de compassion chez les personnes.

La mission de Tabitha Community in Action

Avec des objectifs bien spécifiques dont: l’amélioration des conditions de vie socio- économique des personnes vulnérables, susciter l’esprit de la compassion et de volontariat dans la société, appuyer toute activité concourant à la réalisation de la vision, aider les communautés à promouvoir leur culture  à la paix, à la cohésion sociale et la démocratie ainsi qu’à la bonne gouvernance, TCA a déjà une série d’activités réalisées.

« Depuis 2014 à 2018, Nous organisons une série de Tabitha day à la fin de chaque année et nous  regroupons les veuves et d’autres personnes vulnérables afin de les aider à mieux terminer l’année en beauté. Nous avons aussi un programme d’encadrement des jeunes où les jeunes talents  sont accompagnés  techniquement afin qu’ils  arrivent à un stade agréable. Ici je  peux citer les chanteurs, musiciens,  cinématographes, les slameurs, etc. Cela  est fait dans le but de lutter contre le chômage qui sévit la jeunesse Burundaise », indique ce jeune entrepreneur.

Lors de Tabitha day, les veuves reçoivent des pagnes et des vivres.

Korako nige, une  campagne pour aider les élèves défavorisés  

En collaboration avec d’autres organisations, Tabitha community in Action organise une campagne  pour la collecte des matériels scolaires destinés aux enfants vulnérables et de les accompagner au cours de toute l’année scolaire. « Ce qui nous différencie des autres, nous devons être en partenariat avec l’école mais aussi avec les parents. Nous sommes convaincus  qu’un enfant qui a besoin des cahiers aura aussi d’autres besoins au cours de l’année ». Pour y parvenir, Ils un spectacle qui réunit différents artistes et clubs culturels et l’argent collecté  va aider dans l’achat de ces matériels scolaires. « Je prends cette occasion pour vous appeler à venir nombreux dans ce spectacle qui est prévu le 5 septembre 2019 à l’Institut Français du Burundi. L’année passée, nous avions assisté 40 élèves et nous comptons majorer cet effectif jusqu’à 200 y compris 50 batwa de Nyabiraba en province de Bujumbura cette année-ci. », Ajoute Jimmy.

Lors d’une activité préparée par TCA avec les élèves du Lycée Communal Nyabiraba le 12 juillet 2019.

A cote de cela, TCA a déjà 40 veuves et plus de 40 orphelins qu’il prend en charge et il espère arriver au nombre de  250 ménages dans les 5 ans à venir. L’association  veut regrouper et former plus 15000 volontaires dans les cinq années à venir; agents de changement dans leur localité.  “Sintanga kubera ko mfise; mfise kubera ko ntanga.”

Les défis ne manquent pas.

Depuis sa fondation en 2012, Tabitha community in Action a dû braver pas mal de difficultés dus au manque d’expérience, de financement ni soutien. Ceci a conduit au mauvais fonctionnement des activités de l’association. Malgré tout, Jimmy et ses confrères n’ont pas cédé. « J’ai commencé avec un groupe de jeunes volontaires avec lesquels nous partagions la même vision. Nous avons eu l’agreement en 2014. C’est en 2018 après six ans de  travail que quelques personnes ont commencé à s’intéresser à nous par de petits soutiens. C’était tellement difficile. C’est à cette année même que j’ai commencé à collaborer avec d’autres organisations. Avec le réseautage et le partage d’expérience, j’ai pu savoir comment d’autres travaillent et C’est ainsi que j’ai eu des connexions qui m’ont guidé jusqu’à rencontrer une ONG étrangère  dont je suis maintenant représentant Pays », a ajouté Jimmy.

Ajourdhui Jimmy Ndihokubwayo rêve d’être un humanitaire au niveau continental et contribuer dans la mise en aplication des Objectifs du Développement Durable afin de créer un avenir meilleur et plus durable pour le Burundi et l’Afrique. Ce jeune, bachelier en siences économiques à L’Université du Burundi et Représentant pays d’une ONG étrangère Hope and Development  a un message aux jeunes entrepreneurs.
 « L’avenir n’appartient qu’au plus courageux et habiles. Laissons-nous transformer les obstacles que nous rencontrons  en opportunités et nous verrons la situation changer. Bukebuke nirwo rugendo».

(Visited 198 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *