La Jeunesse engagée dans la lutte contre les violences faites aux femmes

Dans le cadre des 16 jours d’activisme pour mettre fin aux violences faites aux femmes, Go For Impact Today (GFIT), a organisé ce jeudi le 05 décembre 2019 à American Corner (Campus universitaire de  Kamenge), un débat sous le thème : «  L’engagement de la jeunesse dans la lutte contre les violences faites aux femmes et filles ».  

Les participants

Trois panelistes étaient au rendez-vous à savoir  Madame Bimenyimana Ange, membre de GFIT chargé du volet Femme, VOUOFO BRONDON Niguel, Coordonateur régional de Rotaract et Directeur pays de Global Peace Chain Burundi, ainsi que Béni Ndayishimiye, Sexologue et représentant d’une entreprise « Twubake ». Un grand nombre de jeunes avait répondu massivement à l’appel.

Parlons des causes

Selon différentes interventions des participants, les causes de violences sont multiples : Le manque de communication dans la famille, la pauvreté,  la faiblesse des femmes (filles) qui ne parviennent pas à se tenir devant la tentation des hommes etc.

Tous les panelistes s’accordent sur le pas déjà franchi au Burundi dans la lutte contre les VBG. Pour  Béni Ndayishimiye, ces pratiques de viols sont plus rependus en Afrique à cause de la culture africaine qui a eu toujours  un mécanisme de discriminer la femme dans de dimensions différentes.

« On est en train d’amplifier ces projets  d’éradiquer ces violences de minimisation des  valeurs féminines afin que nous ayons la conscience que si nous voulons un développement durable, il faut promouvoir les valeurs de la femme parce que ce sont aussi  les matières à promouvoir pour atteindre un développement tel que ce soit. Ces projets sont la pour nous amener à changer de mentalité ». Précise t-il.

Une série de solutions proposées

Pour Béni Ndayishimiye, les hommes sont de deux catégories .Il y a ceux qui ne violent pas  et ceux qui violent.  Comme solution, Béni ne mâche pas ses mots. «  Il faut que ces hommes qui ne violent pas les femmes exhortent les autres et qu’ils témoignent aux autres les bienfaits de ne pas violer les femmes. Pour  les hommes qui violent les femmes, qu’ils approchent les thérapeutes  car ils sont victimes eux aussi. Il faut que tout le monde le sache, Celui qui viole est plus 3 fois violé que celle qu’il a violée. » A t-il ajouté.

Béni Ndayishimiye, panéliste

Pour Madame Ange, il n’y pas de statistiques  qui montre le degré qu’atteignent ces violences  à cause de la culture. Les victimes de la violence préfèrent garder le silence  car elles subissent des menaces ou pressions de la part des  violeurs afin qu’ils  ne soient pas punis.

Ange conseille aux femmes  d’avoir la confiance en soi et  de se valoriser avant de chercher la valeur aux autres.  « Levons-nous pour travailler afin de montrer à tous que nous sommes capables. Pour les femmes qui occupent des fonctions mais qui restent violées, je les conseille d’avoir le courage de vaincre la peur et dénoncer ces cas et plaider pour que les lois soient mises en application.» Martèle Madame Ange

Pour  Niguel VOUOFO, la lutte contre les violences faites aux femmes doit passer par 3 solutions à savoir : L’Autonomisation : Quand la femme est autonome, elle gagne le respect de son mari, elle contribue au développement de sa famille et permettra de résoudre les solutions environnementales. L’éducation : il faut encourager les jeunes filles à étudier beaucoup   La communication : Une bonne communication  dans la famille est la source de joie et de paix.

Pour Isaac Nininahazwe, président de Go Fo Impact Today, son organisation ne cessera pas de mener des activités qui apportent le changement dans la communauté.

16 jours d’activismes sont une campagne internationale annuelle qui débute le 25 novembre avec la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et s’achève le 10 décembre, avec la Journée des droits de l’homme. Le thème choisi pour cette année est   « Tous UNiS, d’ici à 2030, pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes » .

(Visited 39 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *