La lutte contre la covid19, un combat à ne pas négliger

Dans le but de contribuer à la campagne gouvernementale  » Ndakira, sinandura kandi sinanduza coronavirus  » pour la lutte et la prévention du coronavirus, Caritas Burundi ouvre la campagne annuelle visant la sensibilisation communautaire, la distribution des kits de protection  depuis la mairie de Bujumbura jusqu’ aux points les plus reculés incluant les  prisons, hospices, zones de transit et orphelinats.

Dans un atelier – média tenu ce mercredi 25 novembre 2020 à Bujumbura sur le rôle des médias dans la lutte contre la covid19, Abbé Bosco Nintunze, secrétaire Général de Caritas Burundi déplore le fait qu’il s’observe actuellement  l’irrespect des mesures préventives : « Certaines personnes  ne respectent pas les mesures de prévention telles que dictées par les professionnels de la santé publique. Pire encore la distanciation physique d’un  mètre entre une personne et l’autre n’a pas réussi car les personnes continuent à se frotter les unes contre les autres dans les marchés, les églises, les institutions scolaires, les moyens de transport publics etc. »  Il sied  d’ajouter que la non- observance des mesures barrières permet à la maladie de se propager davantage.

Une campagne annuelle de sensibilisation communautaire

Pour l’abbé Bosco Nintunze, la mairie de Bujumbura est le lieu le plus touché par la maladie à coronavirus, mais dans ce pays il y a d’autres milieux les plus reculés qu’on ne peut pas ignorer.  » Nous suivons de près les mouvements de la population, nous sommes avec les rapatriés, nous voulons leur assurer une assistance continue depuis la mairie de Bujumbura jusqu’aux  niveaux les plus reculés du Burundi. Nous avons jugé bon d’inclure  les prisons, les orphelinats, les hospices  sans oublier les médecins et les prêtres qui leur sont proches. Notre kit d’assistance est composé de savons, désinfectants et de masques », ajoute l’Abbe Nintunze.

Des rumeurs qu’il faut chasser du tout

Des fausses  informations  sur cette maladie ne cesse  de se répandre  dans  la population :  » Coronavirus ne peut pas tuer les africains car ils sont naturellement immunisés, ou bien « La covid19 ne peut pas tuer des gens en Afrique car il y a de la chaleur »  comme si la chaleur serait un médicament ! Docteur Gervais  Sindatuma  du service de la communication au sein du ministère burundais de santé publique et de lutte contre le Sida rejette toutes ces rumeurs. Il  ajoute que rien de cela n’a été scientifiquement prouvé, et que la seule voie de contrer le coronavirus c’ est le traitement médical .

Ce professionnel de la santé publique en appelle plutôt aux leaders communautaires de prendre le devant pour sensibiliser la population face au danger qu’est le coronavirus, les agents de santé communautaire, les leaders religieux de s’y impliquer en revenant sur les mesures préventives.

(Visited 46 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *