Le CDE déterminé à briser les barrières de la prospérité dans la région des Grands Lacs

Crédit Photo: CDE

Ce mercredi le 5 juin 2019, dans les enceintes de King’s  Conference Center  situé en mairie de Bujumbura, s’est tenu le premier sommet économique dans la région des Grands Lacs sur la liberté économique dénommé  GREAT LAKES ECONOMIC SUMMIT. Organisé par le   Centre For Development and Enterprises Great Lakes(CDE), le Great Lakes Economic Summit  rassemblait différentes parties prenantes à savoir les institutions chargées de la réglementation, les centres d’incubateurs  et les jeunes entrepreneurs avec le but de briser les barrières à la prospérité.

Photo: CDE

Dans son mot d’ouverture, Aimable Manirakiza, président du CDE a fait savoir que c’est une conférence orientée vers les intervenants dans le secteur privé qui constitue une plateforme encourageante remplies  d’idées, de  réflexions et d’opinions de défenseurs des idées qui peuvent réduire les causes de la pauvreté dans la région des grands lacs.

Il aussi indiqué  que cette année, le GREAT  LAKES ECONOMIC SUMMIT envisage de prévenir sur les conséquences désastreuses de la réglementation et l’importance de la réglementation de la liberté économique et la réduction de la pauvreté dans la région.

Dr. Patrick Mardini, président de l’Institut Libanais pour les études du Marché (LIMS) qui était l’un des conférenciers, a précisé  que la seule clé à la prospérité dans la région des grands lacs ou même partout dans le monde est  la liberté économique.

Dr. Patrick Mardini, président de l’Institut Libanais pour les études du Marché (LIMS) lors de la conférence.

 « Si on ouvre le pays au commerce international, sans aucune restriction douanière ou taxes, on pourra acheter du riz moins cher de la région ou de l’ Inde, Pakistan, etc. Pour quoi doit-on mettre des tarifs ou des douanes pour ce riz et obliger la population à l’acheter à un prix très élevé alors que la population est très pauvre ? » dit-il.

Il ne cesse de souligner l’importance de la liberté dans la croissance économique   du pays. « si on laisse les gens travailler en liberté dans le secteur qu’ils veulent sans les harceler,  si on diminue les milles papiers qu’on demande pour enregistrer le droit de propriété pour une entreprise,  si on relâche tout  cela, rien n’empechera que  les gens  sortissent eux même de la pauvreté. » Ajoute t-il.

Dr. Patrick ne comprend pas pourquoi la région des Grands Lacs qui régorge pas mal des places touristiques très fantastiques comme les eaux thermales, des chutes d’eaux, un paysage naturel formidable, des lacs avec des poissons très délicieux comme le Mukeke ,.. reste pauvre. Selon lui, tout ça constitue les matières premières pour créer  des entreprises dans tous les secteurs. « Vous avez tout ce qu’il faut pour faire des économies » précise t-il.

Pour le Dr.Patrick Mardini, il existe trois facteurs qui font qu’un pays ait une plus grande croissance économique que l’autre : La liberté économique, la protection de droits de propriété et l’Etat de droit. « Si vous mettez ces facteurs en pratique, la prospérité peut venir plus vite et les gens vont sortir de la pauvreté. C’est ce qu’on a vu autour du monde à chaque fois que ce genre de réforme a été appliquée. » 

Selon Aimable Manirakiza, le président du CDE, l’objectif de ce sommet est de prévenir  les conséquences sur la réglementation au Burundi , au Rwanda et en RDC, qui poussent aux gens qui veulent créer une entreprise ou une autre activité commerciale de faire  face à de nombreux défis. «L’objectif  est donc de prévenir et de montrer à quel point la liberté économique peut réduire les différentes  barrières de la prospérité » a-t-il précisé.  Il n’a  pas aussi oublié de faire un appel aux décideurs de créer un environnement favorable pour faire des affaires dans la région des Grands Lacs.

Aimable Manirakiza , président du CDE. Photo crédit : CDE

La conférence était aussi chargée de débats, questions-réponses entre différents intervenants  de différents centres  chargés de la réglementation ou incubation à savoir le BBN, API ainsi  que d’autres entrepreneurs et experts venus du Burundi, Rwanda, RDC, Kenya, Maroc et Liban.

(Visited 224 times, 1 visits today)

1 thought on “Le CDE déterminé à briser les barrières de la prospérité dans la région des Grands Lacs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *