Pourquoi le colloque francophone dans la région des Grands Lacs ?

Un colloque francophone réunissant  100  jeunes  en provenance des associations de la société civile, des étudiants,  ainsi que d’autres intervenants dans la vie économique, politique et sociale dans la région des grands lacs a été ouvert  par le Centre pour le Développement des Entreprises (CDE) ce lundi 12 octobre à Pearl Hôtel de Bujumbura.  Ce colloque  étant l’une des activités  organisées dans le cadre de « Freedom Week 2020 »,  un programme d’éducation destinée à  faire promouvoir les idées libérales  à un large public.

La mission du colloque

Selon Aimable Manirakiza, directeur  exécutif du CDE, le colloque francophone a pour mission de promouvoir les idées classiques libérales à travers les textes  des penseurs libéraux, qui essaient de partager avec  ces différents groupes  les miracles lies aux idées libérales.

Concernant la provenance des participants, Aimable nous révèle le secret du  choix : « Nous avons  réunis les acteurs en provenance du Burundi, du Rwanda et du Congo.  Les participants à ce colloque sont au nombre de 100 personnes. Il y a ceux qui suivent physiquement  et d’autres qui suivent le colloque à distance  grâce à la technologie. » 

Quels sont les attentes du CDE ?

« A la fin de ce colloque, nous espérons que les participants  vont comprendre le bien fondé des idées de liberté. Nous espérons aussi et qu’ils vont s’approprier des idées de libéralisme. Ils vont aussi devenir  des acteurs qui vont promouvoir le libéralisme dans leurs  communautés locales », précise Aimable.  

Vu que le CDE a dans ses missions la promotion de la Liberté économique, Manirakiza précise que ce colloque vient à point nommé puis qu’il vient attirer l’attention les acteurs de la société civile afin qu’ils puissent s’approprier d’avantage ce concept de liberté économique  qui a un impact énorme au niveau de l’épanouissement des personnes.

Quelques notions de la liberté

Dans sa présentation par vidéoconférence,  Professeur Hicham El MOUSSAOUI du Maroc  précise que pour  avoir une société libre, il faut qu’il y ait un Etat de droit.  Il a insisté sur les principes de la liberté entre autre le principe de non agression, la liberté négative et liberté positive, la liberté politique, la liberté sociale, le libre échange, le sens de la tolérance etc.

Pour lui donc, la sécurité est un aspect de la liberté. L’Etat a le devoir d’assurer la sécurité des gens  et faire de l’ordre. « Tu ne peux pas avoir de la liberté sans sécurité comme tu ne peux pas avoir de la sécurité sans liberté », conclut Hicham.

(Visited 54 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *