Propreté de la viande : problème de la santé et de l’environnement

La viande est un produit comestible envié par plus d’un. Elle est consommée dans des restaurants, dans des bistrons sous différentes formes, et même à domicile. Cependant, ce produit exige plus d’hygiène de l’abattage de l’animal vivant en passant par le transport jusqu’à l’étalage en attente d’acheteurs  afin d’éviter qu’il soit source de maladies.
Dans une  interview accordée à La Nova, rubrique environnement, Le Représentant Légal de l’Association « Conservation et communauté de Changement »  appelle à la prise de Conscience de tout en chacun pour changer de comportement.


Monsieur Léonidas NZIGIYIMPA déplore  la façon dont les animaux domestiques destinés à l’abattoir sont transportés, abattus et la manière dont les viandes sont transportées et étalées.

Mauvais abattage des animaux domestiques

« Il est fréquent de voir des animaux domestiques  abattus à même le sol sur des feuilles de bananier non lavées. Ces animaux sont surtout  les vaches, les chèvres, les moutons et  les porcs. Le phénomène est courant pendant les fêtes de fin d’année et celles de pâques. Les bouchers qui font ce travail ne respectent pas la moindre règle d’hygiène. Vêtus de haillons très salles, la plupart des bouchers n’ont même pas le petit sceau rempli d’eau pour notamment laver convenablement les boyaux. Ici on ne sait même pas combien de ces animaux subissent un examen post mortem par les vétérinaires habilités.  Essayons d’analyser comment les viandes fraîches sont transportées dans les différents villes et centres du pays » Explique cet expert de l’environnement.

Mauvais transport

La manière de transporter ces viandes laisse à désirer : Les viandes des animaux transportés et abattus n’importe comment  sont mises dans des sacs trop salles. Elles sont  transportées soit à tête d’hommes, soit sur des vélos, soit dans des véhicules non appropriés pour ce  genre de produit.  Au cours du transport, à vélo, à moto, dans de petites voitures, des  camionnettes et camions non adaptés,  ces viandes ramassent toute sorte de saleté  à commencer par les poussières, les  fumées dégagées par les véhicules et d’autres  engins motorisés.

Il n’est pas rare de voir des volées de mouche se régaler sur ces viandes non emballées que d’ailleurs n’importe qui peut toucher à sa guise sans devoir prendre la moindre précaution d’hygiène.  Il est grand temps de changer de comportement car il en va de la santé humaine selon toujours Léonidas NZIGIYIMPA, responsable de La « Conservation et Communauté de Changement ».


Mauvaise étalage

On voit ces viandes étalées suspendues sur des cordes ou étalées sur des tables d’une saleté indescriptible dans des bistrots ou restaurants  le long des routes ou le long des pistes en terre,  carrossables et goudronnées. Ces viandes pourtant destinées à la consommation humaine ramassent toute sorte de saletés.

Conséquences

Quand la viande n’est pas bien entretenue, elle est une source de plusieurs maladies. C’est un produit fortement sensible qui nécessite une grande propreté, une grande hygiène, beaucoup de soins. Par-là, on pourrait facilement comprendre que la viande n’est pas un produit qui ne doit pas être étalée n’importe où. Le phénomène est d’autant plus inquiétant qu’il interpelle d’agir vite avant qu’il ne soit trop tard. Les services vétérinaires et ceux d’assainissement, les autorités administratives à la base devrait s’investir amener les différents intervenants dans ce domaine à faire des efforts pour servir des viandes bien traitées et propres. Une campagne de sensibilisation des bouchers, des transporteurs et des consommateurs s’avèrent nécessaire pour un changement de comportement.

Appel de la « Conservation et Communauté de Changement »

M.Léonidas NZIGIYIMPA appelle à la responsabilité de tout le monde. Aux services vétérinaires concernés, l’administration locale, à prendre des mesures qui s’imposent pour assurer un bon abattage de ces animaux domestiques, un bon transport de la viande. « Il faut que la viande consommée dans notre pays soit transportée d’une manière respectueuse.
Au niveau de la destination finale, la viande devrait être étalée dans des endroits qui conviennent et pas n’importe où.
Les restaurateurs et les cabaretiers qui vendent les brochettes devraient se poser la question de savoir ce qu’ils servent aux clients. » 
Ajoute t-il.


Le représentant de la « Conservation et Communauté de Changement » appelle à la prise de conscience de tout en chacun pour un changement de comportement.
Pour lui, cela est « un Problème d’hygiène, de santé humaine mais aussi un problème d’environnement. Et il faut une solution. Et la vraie solution, elle est  urgente, elle s’impose avant qu’il ne soit pas tard », conclut M. Léonidas NZIGIYIMPA.

(Visited 137 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *