Rumonge et Bururi : Vers la délimitation des aires protégées

C’est dans un projet dénommé « renforcement de l’intégrité physique des aires protégées du Burundi et d’amélioration des conditions de vie des populations. » Les attentes sont multiples selon Léonidas NZIGIYIMPA, Conservateur en chef des aires protégées du Sud.

A travers ce projet, les capacités des écogardes seront renforcées afin de permettre à ce corps d’être opérationnel, de pouvoir travailler efficacement pour endiguer les nombreuses infractions observées dans les aires protégées. Ils seront en effet formés sur les techniques de conservation communautaire et de gestion de la biodiversité. Ils seront dotés des imperméables et des bottes, éléments indispensables dans l’activité de ce corps

Le deuxième axe consiste ? selon toujours Léonidas NZIGIYIMPA, à l’implication des populations dans la protection et dans la gestion de ces écosystèmes naturels parce qu’avec ce projet, l’on veut promouvoir la conservation communautaire, un crénom indispensable pour réussir la conservation dans le contexte du Burundi. Dans un pays dont l’explosion démographique est une réalité, l’on est obligé de composer avec les communautés riveraines de ces aires protégées pour pouvoir réussir la conservation. Le défenseur de la nature indique que l’on s’est rendu compte que la principale cause de la destruction de ces aires protégées est la pauvreté.
A travers ce projet, il y aura une étude socio-économique de référence pour pouvoir comprendre quelles sont les interactions entre les aires protégées et les communautés riveraines. Partant de là, on va donc identifier ce qu’il faut faire pour sortir ces communautés de la pauvreté. A travers leur implication dans la conservation, des activités génératrices des revenus seront initiées.

     Y’ aurait-il un espoir de l’accomplissement de ce projet ?

« L’espoir est vive. Nous Sommes fiers que nous allons atteindre des résultats tangibles dans la mise en application du projet sur terrain » affirme Léonidas NZIGIYIMPA. Il reconnait cependant qu’il y a d’énormes problèmes et des conflits dans la gestion des aires protégées.
Il cite deux cas : La réserve naturelle de Vyanda et celle de Monge. Ces deux aires protégées des gens s’y sont installés illégalement, Léonidas nzigiyimpa s’assure qu’avec ce projet, un climat d’entente, de dialogue avec les communautés riveraines de ces aires protégées sera établi et nombreuses questions seront résolues.
Dans ce projet, des aires protégées de Monge, Nkayamba, Rumonge, Kirwena et Vyanda seront délimitées suivant les dimensions établies par la loi

(Visited 12 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *