UPHB: « Que personne ne soit laissée pour compte » au Burundi

Les droits des personnes handicapées sont ignorés ou méconnus au sein de la société. Celles-ci subissent des violations dans leur milieu de vie sans précédent. Le constant est d’Adélaïde NYIGINA Présidente et représentante de l’UPHB (Union des Personnes Handicapées du Burundi).

Lors d’un atelier avec les médias sur les problèmes rencontrés par les personnes handicapées pour leur inclusion effective, la représentante de l’UPHB a indiqué que le cadre des droits des personnes handicapées se concrétise au Burundi.

Ce pas est déjà franchi depuis le 26 Mars 2014 avec la ratification de la convention des Etats Unis relative aux droits des personnes handicapées par le Burundi et la promulgation de la loi portant promotion et protection des personnes handicapées.

Adélaïde NYIGINA, Présidente et Représentante Légale de l’UPHB déplore cependant que cette convention et loi sur les droits des personnes handicapées ne sont pas vulgarisées au sein des personnes handicapées elles-mêmes pour leur plaidoyer à l’accès de leurs droits, non plus auprès de différentes parties prenantes pour la mise en œuvre.

Madame NYIGINA explique que les moyens et techniques utilisés pour livrer ou transmettre une information ne sont pas adaptés aux besoins spécifiques de certaines personnes présentant des incapacités. Ce sont notamment les personnes sourdes ou malentendantes, aveugles ou malvoyantes. Cette catégorie de personnes nécessite  de disposer respectivement de la communication écrite soit traduite en braille ou la communication traduite en langue de signes.

D’autre part, en temps normal, les personnes handicapées avaient déjà moins de chance de suivre des études, de bénéficier de soins de santé, de signer leur vie ou participer à la vie sociale. Mme NYIGINA explique que cela a fait que ces personnes handicapées restent toujours discriminées et oubliées dans leur prise en compte aux politiques et programmes de développement.

Cependant, les Objectifs de Développement Durable auxquels les gouvernements ont suscrit interpellent de ne « laisser personne pour compte », précise, Adélaïde NYIGINA.

Les médias, une force pour la sensibilisation

Cette Représentante Légale de l’UPHB voit en médias, une force puissante de la sensibilisation et qui peut infléchir l’opinion publique. Ce sont aussi  des partenaires incontournables pour arriver au changement désiré.

Thierry KITAMOYA, Assistant du Ministre de la communisation, des TIC et des médias a demandé aux responsables des médias de multiplier des articles et des émissions sur les besoins spécifiques des personnes handicapées et la promotion de leur droit. Cela conduira les personnes handicapées à leur inclusion effective dans les programmes de développement.

L’atelier a eu lieu du 9 au 10 Septembre 2020. Les représentants des médias se sont engagés à travailler sur ces défis relevés dans ce domaine.

(Visited 95 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *